L'espoir est infini. Il est le reflet de l'éternité.

 
 
Eight
 
Naruto
 
 
 
« Mensonges, c'est le genre de masque que tu portes et qui finit toujours par se casser la gueule. Je me souviens plus du moment où ma vie est partie en couille. Je me revois au resto avec Deidara. Je me revois lui balancer des frites quand Maman avait le dos tourné. Je me revois tenir la main d'Hinata. Tellement de conneries qui me reviennent en tête. Tellement de conneries, et c'est jamais les bonnes. J'ai oublié pourquoi mon enfoiré de frère est mort, j'ai oublié pourquoi Hinata s'est barrée et pourquoi ma vie est devenue une marmite où mon coeur bouillit jusqu'à me faire exploser de l'intérieur. Parce que je ne suis qu'un lâche. Un lâche qui préfère sourire que de faire face à la vie. J'aurais p'tete dû ouvrir un peu les yeux. 


 
 Ouais. On ne voit que ce que l'on veut voir. On ne croit que ce que l'on veut croire. Et c'est tout. Le mensonge est bien plus qu'une banalité. Il est une arme. Bien plus forte que la vérité. La vérité, c'est comme aller se vider, ça soulage. Comme cette putain de clope en sortant des cours, ça soulage. Non, le mensonge est un pouvoir. Prenez place et observez la vérité découler du mensonge. C'est tellement jouissif. C'est explosif. Prenez place et apprenez. Apprenez que votre vie n'est qu'un plat de mensonges servi sur un plateau d'argent. Vous êtes tellement dans le déni que vous êtes incapable de reconnaître la vérité quand elle passe devant vous. 
 
 
Mais bon, ce n'est pas de pêcher de mentir. Pour tout dire, cette catégorie de personnes que je hais, c'est celle qui se dit haïr l'hypocrisie. Vous pouvez être sûr que la personne qui dit ça a une personnalité de merde. Si vous demandez aux gens quel pêché ils exercent, ils répondent tous pareil. “ouais, peut-être un petit peu la gourmandise mais c'est tout, vite fait la paresse le week-end.” Ouais, Vous n'entendrez jamais quelqu'un dire j'suis avare, super colérique et puis pas mal envieux, puis je me gare sur les places handicapés aussi.” Au final, le mensonge arrange.
 
 
Je dirai pas que je me range parmi les gens honnêtes. En vérité, je préfère largement fermer ma gueule et tendre la main juste pour éviter de me manger mes mensonges en pleine gueule. Faut pas croire, ça fait vachement mal. Surtout quand ça vient de ceux qu'on aime. Tu réalises que c'est trop tard. Je crois bien que mes mensonges m'ont démoli. Ils m'ont mis par terre avant même que j'ouvre la bouche pour m'rattraper. C'était comme avec Deid', j'me suis senti con. Et j'ai regretté. Pour Sakura, c'est facile. Elle attend plus rien de la vie. Mais j'en ai plus rien à foutre, maintenant. Qu'ils aillent tous se faire foutre. J'les emmerde.
 
 
Mensonges. Tout le monde s'entête à mentir en permanence. On est né dans le mensonge et on l'a gobé par la petite cuillère. On a aimé ça et on aimera toujours. Le mensonge s'apparente à une routine. On ment aux autres, on se ment à soi-même. Et on se démerde. Voilà ce qu'est la vie. Gobez pas vos propres mensonges, personne ne viendra. Personne n'en a quelque chose à foutre de vous, ils n'iront pas creuser plus loin pour chercher la vérité. Ils mentent, tout comme vous et moi. Tout le monde ment. On est tous des lâches. C'est comme ça. C'est comme ça qu'on a commencé, et comme ça que l'on terminera.
 
 
En mentant.
 
  oOoOoOoOoOooOoOoOoOoOooOoOoOoOoOooOoOoOoOoOooOoOoOoOoOo
 
 
 
Naruto ouvrit péniblement les yeux. Sa tête lui faisait extrêmement souffrir. C'était peut-être bien fait pour sa gueule, en fait. Ça lui apprendra, à taper soirée avec Sakura l'insomniaque. Ils avaient tisé jusqu'à pas d'heure. Jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien, en fait. Lui qui disait la veille qu'elle allait tenir un mois avec ses courses, il ricanait déjà en pensant à sa tête quand elle verrait leurs cadavres de la nuit. Il dégagea sans pitié la jambe de Sasuke qui traînait sur la sienne et bailla longuement. Il s'habitua au pénombre de la pièce. Ils avaient foutu un sacré bordel.
 
La table basse, poussée au centre du salon, était devenue un cimetière à cannettes. Du tabac et de la beuh jonchaient le sol autour d'eux. Sasuke avait tenté de leur faire des pâtes à 4 heures du mat' mais les casseroles sur le meuble TV lui rappela leur consistance caoutchouteuse et il grimaça. Son ventre gargouilla. Il était temps de se lever. Putain, quelle heure était-il ? Il ne savait même pas où était son portable. Et il n'avait aucunement l'envie de le chercher. Sa mission première était de se nourrir.
 
Naruto enjamba Sakura, à moitié affalée au sol et endormie sur le bras de Sasuke qui ronflait bruyamment. Il évita de les réveiller. Pas question de leur faire à bouffer à eux aussi. Il vit son reflet sur la vitrine du placard et s'injuria. Il avait l'air d'un shooté avec ses yeux rouges et ses cernes. C'était Sakura qui allait être contente. Elle qui lui avait suggéré de devenir comme elle. Une toxico. Dans un sens, la soirée n'aurait pas pu mieux se dérouler. En fait, c'était bien plus qu'il n'avait espéré. Ça ne l'empêcha pas de grogner lorsque les voix endormies de ses amies quémandèrent eux aussi une tasse de café.
 
 - Vous avez qu'à bouger votre cul..
 - Fais pas ton crevard, protesta Sasuke entre deux bâillements. P'tain, j'suis mort.
 - Petit joueur, ricana Sakura alors que Naruto revenait avec le plateau.
 
Il la saisit par les aisselles et la hissa sur son VHP. Elle ne le remercia même pas lorsqu'il lui tendit sa tasse. Il était habitué. En revanche, se retrouver là.. Se retrouver là, avec eux. Ça, il n'y était pas habitué. C'était comme revivre. C'était comme la première inspiration qu'on prend en venant au monde. C'était tout et rien à la fois. Et il se sentait bien. Il se sentait tellement bien qu'il se dit que quelque chose merdait. Rien n'allait jamais bien. Rien.
 
 - Hinata.
 - Quoi ?
 - Ta nana se ramène, répondit Sasuke depuis la cuisine.
 
Hinata. Il ne lui avait rien dit. Il l'avait vue la veille. Et ils s'étaient pris la tête. Encore. Ils se prenaient toujours la tête. Pour des conneries, des choses futiles et sans importances. C'est vrai, quoi. Il avait le droit de voir ses amis. Il avait le droit de rattraper le temps perdu. Il avait le droit d'avoir peur. Peur d'affronter la mort une fois de plus. Combien de fois Hinata l'avait soutenu ? Combien de fois l'avait-elle vu pleurer, hurler la mort en appelant son frère ? Elle n'avait jamais rien dit. Elle n'avait jamais rien fait. Elle se contentait d'être là. Alors, il ne savait pas non plus quoi faire pour la soulager. L'apaiser. Il se contentait de l'aimer. Et pour lui, c'était déjà bien assez.
 
 - Merde, planque les canettes et la beuh ! S'exclama Naruto en enfilant son tee-shirt.
 - Trop tard, ricana Sakura alors que la porte s'ouvrait.
 
Il s'attendait à tout. Tout. Elle aurait pu hurler. Ou elle aurait pu l'insulter. Elle aurait dû hurler. Et elle aurait dû l'insulter. Il s'attendait à tout. Tout. Mais certainement pas à ce qu'elle reste sur le pas de la porte. Immobile. Pâle. Il ne s'attendait pas à ce qu'elle fonde en larmes. Subitement. Comme si la mort venait de tomber sur elle. Et il y comprit. Il comprit, mais il était trop tard. Sa tasse s'écrasa au sol mais il s'en foutait carrément.
 
 - Hinata..
 - T'es un connard.
 
Il ignora les froncements de sourcils de Sakura et Sasuke. Ils ne dirent rien. Et c'était tant mieux. Qu'ils ferment leur gueule. Pour le coup, ils ne savaient rien. Ils ne savaient rien du tout. C'était facile pour eux, ils n'ont personne à aimer. Personne à chérir. Ils n'avaient pas à mentir aux autres. Mentir pour se protéger. Jouer le petit couple modèle pour s'en jeter plein la gueule derrière. Bien sûr qu'ils s'étonnaient de l'entendre l'insulter. Bien sûr. Mais il le méritait. Il le méritait, et il le savait. À ce moment là, il se détesta.
 
 - Je suis désolé.
 - Ah t'es désolé ? Répéta Hinata d'une voix qui n'était pas la sienne. Désolé de quoi ? De t'être barré comme un putain gros lâche ? D'avoir picolé – elle s'empara d'une bouteille vide et l'éclata par terre – tout la nuit, espèce de sale petit connard égoïste !
- Hinata, calme ta joie, siffla Sakura, l'air mauvais. T'es chez moi ici.
 
Grossière erreur. Hinata se redressa. Elle se retourna pour déchaîner sa haine et sa colère. Celle qu'elle considérait comme une amie. Celle qu'elle considérait comme une amie qui n'était plus qu'une putain de grosse salope qui détruisait tout. Elle pouvait bien aller crever, celle là.
 
 - Qu'est ce que tu veux, toi ? Putain mais va te faire foutre ! Tu nous fais chier depuis des mois parce que Shisui est mort, et ma mère, Sakura, t'y a pensé ? Après tout ce qu'elle a fait pour toi ! Est ce que t'as pensé à appeler l'hôpital une seule fois pour savoir comment elle allait ? Hein ? Elle est morte ! Tu m'entends, elle est morte ! Toute seule à l'hosto ! Allez tous vous faire foutre..
 
Elle s'effondra sur le canapé. Elle était si petite. Elle était si fragile. Naruto avait peur. Peur pour elle. Sa mère était toute sa vie. Et il ne savait pas quoi faire. Sakura s'était figée. Si il avait été en état, il l'aurait remarqué. Il se serait réjoui qu'elle réagisse à quelque chose. Qu'elle aimait encore assez pour ça. Mais il ne voyait rien. Rien d'autre qu'Hinata. Et pour une fois, il aurait voulu être ailleurs. Qu'ils ne soient pas là. Il aurait voulu revenir quelques heures en arrière. Mais ça, on ne le peut pas.
 
Sasuke réagit le premier. Il s'empara du fauteuil de Sakura et il l'éloigna. Il s'enferma avec elle dans la salle de bain. Ils les laissèrent seuls. Naruto ne dit rien, mais il n'en pensait pas moins. Sasuke gérait. Il gérait toujours. Il s'occuperait de Sakura. Quant à lui.. Lui il avait autre chose à faire. Ses jambes tremblaient. Ses mains tremblaient. Il les posa sur les genoux de sa copine en s'agenouillant. Et puis il retira ses mains de son visage. Elle était tellement belle.
 
 - J'te déteste, sanglota-t-elle. Tu gâches toujours tout ! Tu déconnes et tu te détruis avec eux. Tu vois bien qu'ils n'ont pas besoin de toi, mais.. Putain, ma mère est morte ! Et t'es parti.. J'avais besoin de toi moi.. J'te déteste.
 
Elle s'essuya le nez avec sa manche. Et elle se leva. Elle se leva et elle le repoussa. Il avait peur. À chaque pas qu'elle faisait, il avait peur. Putain, pourquoi elle s'éloignait de lui ? Il avait merdé. Il avait tout simplement merdé.
 
 - Où tu vas ? S'enquit-il, la voix tremblante.
 - Je rentre chez moi.
 
Il se redressa. Il se redressa si vite qu'il se sentit mal. Et pour lui prouver qu'elle avait raison, il se mangea la table. Et elle, elle eut un sourire sans joie. Elle le fixait avec ce sentiment. Peu importe quel sentiment. Il n'aimait pas le voir sur son visage. Tout comme il n'aimait pas la voir pleurer. Elle le savait. Mais elle pleurait quand même.
 
 - J'en ai marre, Naruto. Marre de toi et tes conneries. Marre de passer après les autres. Je suis tombée amoureuse d'un garçon qui aimait le basket et qui voulait travailler dans un resto. Je suis tombée amoureuse de ce mec qui se battait pour son rêve. Mais c'est pas toi, c'est plus toi, pas ce drogué que t'es devenu. C'est terminé, je rentre chez moi.
 
Il ne pouvait plus bouger. Alors, il fit la dernière chose qu'il aurait dû faire. Son cerveau ne répondait plus. Plus rien ne répondait. Putain, qu'est ce qui clochait. Il ne savait même plus parler. Pourquoi ouvrir la bouche, c'était absurde ! Prononcer un son lui paraissait débile. Pourquoi était-il là ? Et qu'est ce qu'elle venait de dire. Pourquoi avait-il l'impression de tout perdre ? Et putain de bordel de merde, pourquoi avait-il aussi mal ? Il ne pouvait plus bouger. Alors, il fit la dernière chose qu'il aurait dû faire.
 
 - C'est terminé, répéta-t-elle dans un murmure.
 
Il la laissa partir.
 
 
Si Deidara Uzumaki ne s'était pas suicidé, il aurait été le premier à se dire que son frère était enchaîné pour la vie. Qu'il était à la merci de la souffrance à défaut d'être Amoureux. Si Deidara Uzumaki ne s'était pas suicidé, il aurait eu pitié de lui. Encore. Naruto ressemblait à une vieille feuille. Une vieille feuille qui avait eu son heure de gloire et qui erre quand vient le temps de l'hiver. Assis sur la rambarde du pont, il observait la rivière sous ses pieds. Il la regardait sans la voir. Il ne parvenait pas à pleurer. Toujours pas.
 
Si Deidara été là, il lui aurait dit à quel point il avait le coeur mou. Il lui aurait dit n'importe quoi. N'importe quoi qui l'aurait fait sourire. Qui lui aurait donné du courage. Il avait toujours eu ce caractère. Il redonnait vie aux autres. Il se fichait pas mal de lui-même tant que les autres souriaient. Parfois, Naruto se plaisait à penser qu'ils étaient semblables. Mais c'était faux.
 
Il regrettait que son grand frère soit mort. S'il avait été là, et surtout si c'était lui qui était mort à sa place, tout aurait été pour le mieux. Il n'aurait pas été ce petit merdeux que Naruto était. Et ses parents seraient fiers. Et pourtant, cette pute de vie en avait voulu autrement. Elle lui avait arraché son bien le plus précieux. Elle l'avait posé pour le reprendre. Comme ça. Comme si ça l'amusait. Alors c'est ça ? On doit vivre en sachant qu'on peut tout perdre demain ? Comment vivre avec un truc pareil.
 
Il se sentait minable. Deidara est mort. Hinata est partie. Comme ça. Comme si ça les amusait. Et lui, il était prisonnier d'une douleur intolérable qu'il ne soupçonnait même pas. Il était nul, Naruto. Il était nul. Il l'était tellement qu'une simple phrase venait de le briser. Il était perdu. Ne restait que le vide. Le vide et la douleur. Cette putain de douleur qui lui transperce le coeur à chaque fois qu'il regarde son fond d'écran. Il aurait voulu l'appeler. L'appeler, mais pour lui dire quoi ? Il ne peut pas lui dire qu'il est désolé. Qu'il l'aime. Pas maintenant. Avant, il n'avait pas le temps pour elle. Il n'avait jamais eu le temps.
 
Il savait ce que c'était. Il se souvenait. Les pompiers qui sortent de la chambre. Il se souvenait. Leur visage grave. Il est mort. Il avait lâché le téléphone. Sa main était lourde. Et sa mère. Elle hurlait. Elle hurlait tellement qu'il aurait tout fait pour lui dire de se taire. Il avait ri. C'est une blague, hein ? Deidara est en vie. Il joue à la play. C'était son grand frère. Un grand frère ne peut pas mourir. C'était son super héros. Il pouvait bien se faire casser la gueule, avoir un accident, perdre un membre, mais pas mourir, hein ? Mais c'est des conneries. Et il a compris. Il est mort. Et il s'est mis à pleurer. Et ça.. ça, ça marque à jamais.
 
Si Deidara Uzumaki ne s'était pas suicidé, il aurait fait ce que n'importe quel frère aurait fait. Il aurait escaladé la rembarre à son tour, et il aurait été là. Simplement là. Il aurait fait ce que n'importe quel frère aurait fait. Ce que Sasuke avait fait. Et ils restèrent là. Côte à côte. Ensemble.
 
 - Elle est partie, vieux.
 - Je sais, répondit Sasuke. Elle reviendra. Elle t'aime. D'ici deux-trois jours, elle ramènera son petit cul chez toi.
 - Je comprends même pas pourquoi elle est partie, soupira Naruto en allumant une cigarette qu'il lui tendait.
 - Moi, je comprends pas pourquoi elle est restée, rigola l'autre en le bousculant.
 
Il sourit. Un peu. Sasuke devinait tout. Il savait. Pertinemment. Il savait qu'il se sentait seul. Des fois. Il avait beau mentir. Mentir avec le sourire. Mentir et feindre le bonheur. Ne pas savoir ce qu'est de souffrir. Il lisait en lui. Il voyait tout. Il n'était pas là pour rien. Il n'était pas son meilleur ami pour rien. Il le comprenait. Il le comprenait toujours. Ils vivaient tout ensemble. Même deux ans ne les tenaient pas éloignés. Un peu comme les liens du sang. On peut pas y échapper.
 
 - Je te juge pas, poursuivit Sasuke. Perso, je suis pas meilleur que toi. On est des hommes, vieux. On fait des erreurs et on en fera toujours. Parce que.. Parce qu'on est humain ! Et.. et merde, t'as pas besoin de moi pour te dire comment arrêter de foirer ta vie. Tente le coup, mec. J'dis pas que ça sera facile, mais que ça en vaux la peine.
 - Si j'étais une fille, je crois que je me mettrai à chialer.
 - Rôh, va te faire, branleur !
 
Ils rirent ensemble. Comme au bon vieux temps. Comme lorsqu'ils s'étaient rencontrés. Sur ce vieux terrain de basket. C'était parti de rien. Et ils avaient ri. C'était leur première année de Lycée. Le lycée. Quand t'y pénètres, tu te demandes ce que ça va être. Tu te dis que ça va p'tete rien changer. Que t'as juste grandi, c'est tout. Tu ne te dis pas que ça va changer ta vie. Que c'est là. Dans ce bâtiment de merde que tout va changer. Que tu vas y croiser ton destin. Et qu'il te lâchera plus.
 
Le collège, c'était la merde. Deidara est mort. Il était en 5e. Le collège, c'était la merde. Il pouvait plus les voir, ces sales cons d'amis. Ces sales cons qui comprenaient rien à la vie. Il avait un ami. Son frère. Son frère était son ami. Mais son frère est mort. Les amis, ça sert à rien. Alors quand son ballon atterrit dans les mains de ce gros naze en casquette. il pensait pas que ça allait changer grand chose. C'était pas comme s'il venait de se retrouver un frère.
 
Le temps avait passé. D'adolescents, ils étaient Hommes. Naruto ne savait pas ce qu'aurait été sa vie s'il n'avait pas croisé le chemin de Sasuke Uchiwa et d'Hinata Hyuga. Il ne savait pas et ne voulait pas le savoir. Ils étaient le baume qui réparait son coeur meurtri par la perte de sa plus grande fierté. Et son frère ne les remercierai jamais assez. Sasuke lui assura qu'il prenait la relève en ce qui concernait Sakura. Naruto tiqua. Bon courage.
 
 - Joue pas la couille molle. Bouge toi le cul, Naruto. Et vite.. Montre que t'en a une.
 
Il descendit de la rambarde après avoir jeté son mégot dans l'eau. Naruto l'observa. Il tira une taffe de sa clope. Et il pensa. Sasuke était un mystère. Encore pour lui. La débauche avait eu raison de lui. Et il n'avait eu personne pour l'en sortir. La drogue l'avait coulé. Il avait traîné sa conscience durant deux ans. Enfermé. Ce n'est pas pour rien qu'il y a « Enfer » dans ce mot. Il avait du le vivre. L'enfer. Il avait tout perdu. Sa famille. Son cousin. Il avait perdu toute sa crédibilité. Mais il n'en avait rien à foutre. Il était encore là.
 
 - Sasuke ? Je t'ai déjà dit que je t'aimais ?
 - Tous les jours, frère. Tous les jours depuis qu'on se connaît.
 
 
Parce que c'est ce que ferait un frère.
 
 
 
Il avait marché pendant des heures. Il avait marché sur le rebord de l'autoroute. Ceux qui klaxonnaient, il les emmerdait. Qu'ils aillent se faire foutre. Il marchait. Les mains dans les poches, il marchait. Il essayait de se vider la tête. Il chanta sa chanson préférée. Il compta ses pas. Il récita un poème. Il fit de son mieux pour ne plus penser à rien. C'était mieux, des fois. Il ne savait même pas où il allait. Ses pas semblaient le guider. Il se laissait emporter. Pour autant, il n'avait plus rien à perdre. C'est horrible de perdre un proche. Il essaya tout le long du chemin de trouver une explication logique à ce qui lui arrivait. En vain. Parce qu'il n'y en avait pas. Tout simplement. C'est la vie. Et tu te dois de fermer ta gueule.
 
Naruto s'arrêta près du Snack où il avait invité Hinata pour la première fois. Il se revit à l'intérieur. Il se revit lui balançant de pauvres blagues merdique. Celles digne d'un ado pré-pubère. Et il la revit rire. Et il se revit tomber amoureux. Pendant un bref instant, le temps s'était arrêté. Et lui aussi. Mais c'était injuste. Cette connivence n'a duré qu'un instant. La vie a ensuite repris son cours. Et lui, il a continué sa route. Il croisa une fille sur un banc. Une pauvre fille en pleurs dont le pantalon était couvert de boue. Dont les chaussures menaçaient de se trouer. Une pauvre fille dévastée par la vie. Il aurait voulu lui tendre la main. Tendre la main à cette fille aussi solitaire que lui. Mais il passa son chemin. Et il ne la revit jamais.
 
Il tenta de ne pas penser à Hinata. De ne pas penser à ce qu'elle faisait. À ce qu'elle faisait sans lui. Elle est partie. C'est pas facile d'être celui qui reste. Il regretta un peu son comportement avec les filles, avant elle. C'est que ça fait mal. Vachement mal. Il se demanda comment faisaient les autres. Pour aller mieux. Et il pensa à Sakura. C'est vrai que ça fait vachement mal. Naruto comprit qu'il avait beau se poser des tas de questions, seul sa conscience lui répondait. Et c'était un peu ennuyant. Un peu paranoïaque. Et un peu déplaisant aussi. Surtout quand elle lui répétait qu'il n'était qu'une grosse merde. Et qu'il méritait tout ça.
 
La nuit était tombée, il n'avait pourtant aucun mal à se situer. S'il ne trouve plus son chemin, c'est peut-être pas plus mal de se retrouver là, à l'endroit d'où il vient. Il s'assit sur les marches du perron. Il ne savait pas depuis combien de temps il était là. Il n'y avait plus personne dehors. Seules quelques voitures venaient briser le silence déroutant de la nuit. Il continuait d'observer les étoiles comme si c'était la plus belle chose sur terre. Il sentit du mouvement près de lui. Il n'était plus seul.
 
 - Tu faisais toujours ça quand tu étais petit. Tu te levais en pleine nuit pour attendre les étoiles filantes depuis la balançoire. Ça rendait ta mère folle de rage !
 - Tu crois que c'est vrai ? Que si on fait un v½u, ça fonctionne ? Qu'il va se réaliser ?
 - Je crois que si l'on veut quelque chose, on doit se battre pour l'obtenir. Je ne pense pas qu'il y ait de miracle pour ça.
 
Naruto ne dit rien. Il le savait bien. Il en avait fait des v½ux. Il en avait fait des centaines. Et c'est pas une putain d'étoile qui les a réalisé. Petit, il en rêvait. Mais on est tellement con quand on est gosse. On croit à tout. On croit qu'on est un héros. Que tout ira bien. C'est bien d'être gamin. Putain qu'est ce que c'est bien.
 
 - Comment t'as fait, papa ? Quand Maman est partie. Comment t'as fait pour la faire revenir ?
 
Son regard rencontra celui de son père. Et la réalité le frappa. Comme un éclair qui jaillit dans le ciel. Elle le foudroya sur place. Ça le liquéfia complètement. Les yeux de son père. D'un bleu identique au sien. Les yeux de son père. Et c'est dans ces moments là qu'on regrette. Qu'on se demande pourquoi on est parti. On a beau faire. On a beau dire. On a qu'un père. On a qu'une mère. Ils sont pas tous cleans. Y'a des salauds. Ceux pour qui les gosses, c'est la thune. C'est la complication. C'est la merde. Mais on a besoin d'eux. C'est naturel. C'est encré. Putain. Qu'est ce qu'il lui avait manqué, son père.
 
 - Tu sais, Naruto. Quand ton frère est mort, ta mère a dépéri, confessa Minato. Elle ne mangeait plus et elle pleurait tout le temps. Elle n'était pas heureuse. J'ai perdu espoir et je pensais que nous allions divorcer. Alors, j'ai décidé d'agir. Après tout, j'avais la plus belle femme sur terre, le centre de mon monde. J'aurai été un piètre mari si je l'avais abandonnée.
 - Je.. Je me dis des fois, que c'est moi qui aurait du mourir. Pas lui. Maman était fière de Deid'. C'était un génie. Mais pas moi. Moi j'suis qu'un connard qui est pas capable d'être là pour sa copine. Je suis rien !
 - Ton frère nous manque à chaque seconde. Et je sais qu'il te manque à toi aussi. Personne ne pourra changer ce qu'il s'est passé. C'est difficile de perdre un fils.. Je me demande tout le temps quel genre de père étais-je pour ne pas voir qu'il allait si mal.. Quant à Kushina.. le cri d'une mère qui accouche ne ressemble en rien à celui d'une mère exhumant son fils. Tu sais, elle pourrait survivre à n'importe quoi, la maladie, être roulée dans la boue.. mais elle ne pourrait tout bonnement pas supporter de te perdre. Tu n'es pas rien, Naruto. Tu es notre fils, et nous t'aimons. N'oublies jamais ça.
 
Naruto se laissa tomber dans les bras de son père. Et il pleura. Il était là. Dans les bras de son père. Il était un petit garçon. Un petit garçon triste parce que la vie n'était pas gentille avec lui. Elle est dure la vie. Il y a un fossé entre comprendre un événement qui vous détruit, et accepter sa terrible réalité. Il était là. Dans les bras de son père. Il était un petit garçon. Un petit garçon triste. Mais il était bien, dans les bras de son père. Putain qu'il était bien.
 
Il savait que grâce à lui, il ne serait pas seul. Qu'il serait toujours là. Dans l'ombre, à le guetter. À le rattraper s'il tombait. Il avait marché longtemps. Il avait fait trois fois le tour du ciel. Elle était putain de bien planquée, sa bonne étoile. Il enviait Deidara. Loin de toutes ces conneries. Là haut, faisant la fête parmi les anges. Mais il n'était pas jaloux. Il lui manque, c'est tout. Il aurait p'tete dû lever la tête. Il l'aurait vue. Elle était là, l'étoile. Elle étincelait, comme pour lui dire, à ce petit garçon :
 
T'inquiètes pas va, elle reviendra.
 
 
 
Pardonne moi, Hinata.
 
 
 
 
 
 Je n'ose vous dire à quel point j'ai été émue en écrivant ce chapitre ; ça fait tellement longtemps que je n'ai pas donné suite! Vous connaissez la chanson, les cours, le bac, la famille.. Tous ces petits détails qui nous empêchent de nous adonner à notre passion! Enfin bon, me revoilà, me revoilà avec ce huitième chapitre ! Je reviens (en force) avec Naruto. Une fois de plus persécuté, dure dure est la vie. On entre un peu plus dans sa vie, on a pas mal suivi Sakura et Sasuke, j'ai tout misé dans ce chapitre que j'ai tapé d'une traite. J'ai rassemblé mes idées pendant des mooooooois, et c'est très long, des mois. Et heureusement, j'en ai encore pleins pour la suite hihi ! Enfin, j'espère que ça vous aura plus, merci aux fidèles! (je me doute que j'en ai perdu en cours de route, je m'en excuse) ! 
 Voilà, je vous bisoute, 


Shanna
 
 

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.198.170.159) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Utopia-imagineyourstory

    16/02/2017

    Hello !

    Je m'excuse pour mon retard, j'ai pas mal de choses en tête et l'inspiration n'est pas au rendez-vous. J'ai, cependant, bien l'intention de reprendre ma fiction. Pour le moment, je suis en pleine écriture des derniers chapitres de ma deuxième fiction que je souhaite terminer rapidement avant de finir découragée!
    Parallèlement, je conserve mes notes sur le prochain chapitre d'Histoire Banale. Je pense commencer à me concentrer dessus en fin de mois.
    Voilà, voilà :)

    Shanna

    >> Hey !
    Pas de soucis je peux comprendre!
    En tout cas, je suis ravie que tu sois de retour :)
    C'est quoi le lien de ta deuxieme fiction ??

    Merci

    #June

  • Lynn-Yong-Yang

    22/07/2016

    coucou, j'aime beaucoup ton histoire, c'est franchement sympa a lire et original comme theme,
    Si un jour tu sors la suite, passe me prevenir, j'en serai heureuse. Merci.

    Bises,
    Lynn♥

  • hinataa-chan2

    27/02/2016

    Hey! La vache, j'ai lu ce chapitre il y a un moment mais j'avais complètement zappé de commenter! Shame on me...

    Bref, j'ai bien aimé ce chapitre. C'était cool. Poignant. La crise d'Hinata, elle était justifiée, j'espère que ça va s'arranger entre eux. Ils ont des blessures tous les deux, ils faut qu'ils apprennent à les panser ensemble...

    Et le moment Sasuke/Naruto, et le moment père/fils étaient trop bien. Franchement je les ai adorés!

    Bon aller, j'ai hâte de lire la suite, comme d'hab x)

    Bon courage et bonne continuation!
    Kiiss,

    Jiyuu.

  • Visiteur

    15/01/2016

    Je suis pas venue pour mettre mon avis, parceque je pense que t'en a pas besoin tellement c'est magnifique ce que t'écris. Je suis juste là pour te dire de continuer. Je trouve qu'il n'y a pas trop peu de gens qui suivent cette fiction et c'est vraiment dommage. Un véritable chef d'oeuvre. Donc je te laisse, en te disant que je passerai chaque mois, chaque semaine. Pour pouvoir lire le chapitre.

    Une fille qui vient de tomber sur cette fiction par hasard et qui n'arrêtera pas de le remercier.
    |KhaleeAshe

  • Etaw

    19/07/2015

    Coucou^^
    Je suis désolé du retard de mon avis mais pendant les vacs je travaille.

    J'étais choqué quand j'ai lu ton chapitre. Just wonderful !!!!
    J'ai adoré voir Hinata en colère et qu'elle les remette à leur place.
    J'attends avec impatience la suite.
    Etaw ♥♥♥

  • Naruto-Sasuke-Sakura-21

    07/07/2015

    un mot...WAOUUUUUuuuuuu O.O Je viens de lire tout les chapitres et j'en veux encore xD J'adore ta façon d'écrire qui parait si réaliste ** et voir hinnata en colère franchement sa fait du bien xD meme si moi aussi j'espère qu'il vont se retrouver QWQ

  • saky26

    27/06/2015

    ce chapitre me déprime j'aime pas voir naruto et hinata séparé c'est triste alors j'attends la suite en espérant que ça s'arrangera un peu alors préviens moi stp :)

  • Kpop-love-BlockB

    28/05/2015

    Oua, j'ai versé quelques larmes en lisant ce chapitre, sans mentir... Putain mais qu'Est-ce que j'aime ce que tu écris! Y en a marre de toutes ces fics où la vie est rose et qu'il y a que des bons côtés! Là, on voit enfin le vrai côté de la vie, le mauvais, le dur! Et j'adore ça. Merci beaucoup d'écrire cette fic, je la trouve tout simplement parfaite! Bon courage, et bonne continuation.

  • Etaw

    25/05/2015

    Coucou,

    Cela fais plaisir de te relire apeès tout ce temps. Tu n'as pas à te justifier sur ton absence. Nous avons tous une vie en dehors d'internet (enfin j'espère).

    Pour ce qui est de ton chapitre : je suis choquée. Tu m'as fais sentir beaucoup d'émotions mais tous à l'opposé l'un de l'autre. Ton écriture reste fluide et c'est parfait.

    Tu raconte que des choses vraies s'en est incroyable...

    Félicitation.

    Je voudrais rester prévenue s'il te plaît.

    Merci.
    Ciao Bisous.
    Etaw♥♥♥

  • fic-sasuke-sakura029

    25/05/2015

    je te souhait bonne continuation pour la suite des chapitre pour ton bac courage courage gros bisou ta super fan ali-chan. kiss kiss

Report abuse